dimanche 17 novembre 2013

Retour aux sources

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que...
Tu ne m'attends plus.

Il y a un an, trois mois et dix-huit jours, mon père mourait dans la chambre 423 d'un hôpital de campagne. Les jours qui ont suivi, je suis retournée le voir dans la chambre mortuaire. Et puis l'enterrement, le voyage, le boulot, mon beau-père, la boulangerie, l'IFAS... La vie continue, sans mon père et loin de cet hôpital.
Demain j'y retourne, en stage cette fois-ci. Je vais retrouver le grand parking toujours blindé, le hall d'entrée et ses fauteuils colorés, les couloirs qui n'en finissent pas. Les bruits, les odeurs, les impressions. Ce ne sera pas le même étage, pas le même service, pas les mêmes soignants, mais ce sera toujours moi et cet hôpital.
J'avoue avoir un peu peur de mes émotions. Et hâte de m'y confronter.
Dans cet hôpital est né mon désir d'être aide-soignante. Depuis, il y a eu une sacrée confrontation avec la réalité du métier. Désir et plaisir sont deux mots bien distincts.
Demain sera un retour aux sources. Pensez à moi!


10 commentaires:

  1. Salut Babeth,

    Le premier jour d'un stage est toujours compliqué, celui-ci encore plus pour toi sans aucun doute. Mais je suis sur que tes épreuves vont te permettre de te surpasser dans ton rôle de soignante, même si l'on ne doute pas de ta vocation à la lecture de tes billets. Tu t'en ai déjà aperçu, le réconfort d'un bon soignant passe avant tout par des choses simples, à la portée de tous.

    Bien sur que l'on va penser à toi, et en bien !
    Tiens nous au courant.

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi ce poème m'a martelé la tête dans des moments analogues. Je pense bien à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma mère adorait ce poème. Il me vient spontanément à l'esprit quand je pense à mes parents.

      Supprimer
  3. Bien sûr qu'on pensera à toi!! Avec un peu de décalage horaire, mais les pensées ça se rit du temps et des distances!! J'espère que tout se passera bien.

    RépondreSupprimer
  4. J'adore ce poème il donne des frissons mais est tellement tellement triste ... Je comprends ta crainte et ta réticence , tiens bon il veille sur toi - des hugs (Lopalomita)

    RépondreSupprimer
  5. De tout coeur avec toi !Ketty

    RépondreSupprimer
  6. Je lis en retard donc mes pensées arrivent un peu tard aussi.
    J'apporte beaucoup d'importances aux souvenirs visuels et dans un sens je trouve ça bien que tu retournes en ces lieux, ne sera plus l'endroit où ton père a vécu ses derniers instants, d'autres souvenirs vont venir s'ajouter. C'est l'image qui chasse l'autre en somme.

    RépondreSupprimer
  7. Je sors de mon sous marin pour vous envoyer tout le courage possible. Vous allez vous en sortir. Vous êtes une battante. Vous l'avez prouvé à maintes reprises. On a tous confiance ne vous.

    Chaudoudoux

    RépondreSupprimer
  8. pensée pour toi Babeth <3

    RépondreSupprimer
  9. Je te lis et te relis...non un homme ça ne chiale pas...mais si bien sûr... Tes écrits nous renvoient à nos souffrances à tous dans ces moments là. Moi je n'ai pas encore eu le courage de le raconter pourtant il y a si longtemps qu'ils sont partis. Je le ferais c'est certain. Beaucoup d'analogies avec ton histoire dans mon ressenti...Bravo en tout cas je sais par expérience que notre passion qu'est l'écriture te donnera le courage (comme elle nous le donne à tous) de poursuivre notre chemin avec dignité et authenticité.
    Bises
    Martin

    RépondreSupprimer