lundi 24 mars 2014

Ici, là-bas

Ici, il y a une équipe pluridisciplinaire, comme là-bas.
Ici, il y a des chambres individuelles, comme là-bas.

La comparaison s'arrête là.

Ici, il y a du respect entre soignants et résidents.
Ici, il y a un projet d'établissement qui parle d'Humanitude.
Ici, il y a un cuisinier qui fait les repas sur place, et on mange bien. Mine de rien, c'est important la bouffe!
Ici, il y a des soignants formés en médiation animale, avec un chien et des cochons d'Inde (même que c'est une super idée pour quand je serai diplômée mais ça coince un peu à la maison).
Ici, il y a un salon de coiffure, un vrai, et une esthéticienne qui passe toutes les semaines.
Ici, il y a aussi une bibliothèque et une médiathèque.
Ici, tout le monde mange dans la grande salle de restaurant, on ne sépare pas ceux qui sont autonomes au repas des autres.
Ici, il y a des douches accessibles dans les chambres, et une pièce réservée aux bains thérapeutiques.
Ici, il y a des vrais gants et des vraies serviettes.
Ici, il y a des projets de vie pour les résidents, réévalués en équipe toutes les six semaines.
Ici, il y a des sorties : plage, balade, crêperie...
Ici, il y a des écoliers qui viennent.
Ici, les familles peuvent aller voir leurs parents avec leur chien.
Ici, on se donne les moyens d'avoir un "temps-résident", pour que personne ne soit délaissé.
Ici, on prend sa pause par roulement, ça permet de ne pas laisser les résidents livrés à eux-mêmes.
Ici, on parle aux gens, on les regarde, on les touche. Tout est communication.
Ici, on ne force pas.
Ici, on ne contentionne pas "pour être tranquille" ou "pour leur bien".
Ici, tout est douceur, respect, écoute.
Ici, on accueille les stagiaires avec bienveillance. On leur apprend des choses et on accepte qu'ils nous en apprennent aussi (parce que oui, parfois, le stagiaire peut avoir une idée sympa).
Ici, on offre le repas aux stagiaires, et mine de rien ça a son importance.
Ici, on répond aux questions des stagiaires et on leur laisse assez d'autonomie pour qu'ils prennent confiance en eux.
Ici, on ne se moque pas des questions parfois saugrenues que lesdits stagiaires peuvent poser.

Ici, il n'y a pas plus de soignants qu'ailleurs, pas plus de temps qu'ailleurs, pas plus d'argent non plus.
Ici, il y a juste une volonté de bien faire. Et ça fait toute la différence.

4 commentaires:

  1. Mais que ça fait du bien de lire tout ça... chez moi aussi on offre le repas aux stagiaires... entre autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez nous (bizarre, mais on dit aussi "chez nous" en institution) malgré de multiples imperfections, l'essentiel est jusqu'à présent préservé.
      les stagiaires prennent bien sûr leurs repas avec tous, et, au décours des entretiens avec l'encadrement, sont sollicités pour donner leur avis sur les pratiques de la structure en général (pas des professionnels en particulier), et clairement on leur demande ce qui aurait pu les heurter dans leurs propre déontologie, leurs propres convictions, les carences qu'ils auront pu déceler. Avec leur expérience récente dans d'autres établissements, leur formation récente à toute pratique que nous pouvons mal connaître, chacun(e) des stagiaires peut apporter beaucoup à chacun(e) des professionnels, à tous les niveaux.
      Précieux regard d'une personne venue de l'extérieur !
      C'est pour tous un échange qui reste une nécessité, qui est le fondement même de l'accueil du stagiaire en institution.

      Supprimer
  2. Ce billet me fait plaisir parce que je sens que tu reprends plaisir à ta formation. Oui, Babeth, il y a toujours de l'espoir. Oui Babeth, tu vas y arriver. Oui Babeth, reste comme t'es. <3

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas où c'est, mais ça a l'air drôlement chouette comme endroit pour les résidents ! Et pour les soignants !

    RépondreSupprimer