mercredi 9 avril 2014

Future aide-soignante

Encore trois mois. Plus que trois mois. À peine trois mois. Peut-être plus, si je rate la dernière MSP, ou un module. On sait jamais.
Trois mois, c'est court. Il va falloir commencer à chercher du boulot pour cet été. Et pour la rentrée. Et pour l'année prochaine.
Et après? Après, je ne sais pas. Aide-soignante en EHPAD? En MAS? En SSIAD? En horaires de journée? Horaires de coupe? Horaires de nuit? En CDD? En CDI?
Et surtout, quelle aide-soignante? Je sais ce que je veux être, de quelle façon je veux travailler, mais y arriverai-je? Dire et faire ne sont pas frères.

Module 8 : organisation du travail. On parle de législation, de tâches AS et... d'encadrement des stagiaires. Ce dernier sujet fait réagir la promo. Forcément, des stages pourris, on est quelques uns à en avoir eus. Stages pourris, notes pourries, tuteurs pourris. Mais au fait, c'est quoi un bon tuteur de stage?
Un tuteur qui prend du temps pour toi? Un tuteur qui t'explique les choses? Un tuteur qui te regarde? Un tuteur qui te fait confiance? Un tuteur qui te met une bonne note? Un tuteur qui te montre les bons gestes? Un tuteur qui relit tes démarches de soins? Un tuteur qui te parle? Un tuteur qui te rassure? Un tuteur qui te donne envie d'être curieux? Un tuteur qui te pose des questions?
J'ai fait quatre stages. J'ai eu huit tuteurs. Et plein d'encadrants. J'ai observé, questionné, noté. J'ai douté, me suis trompée, ai recommencé. Et ce n'est pas fini. J'ai détesté certains tuteurs et adoré certains encadrants. Et vice versa. Et ça ne tenait souvent pas à grand-chose.
Dans trois mois (ou plus) je serai aide-soignante. Dans trois mois (ou plus) je serai potentiellement encadrante. Moi. Encadrante. J'ai peine à y croire. Que faudra-t-il que je fasse pour être une bonne encadrante? Que faudra-t-il que je sois? Comment ferai-je pour dire les choses sans flatter ni blesser? Comment transmettrai-je mon mon savoir-faire et mes valeurs? Comment saurai-je expliquer avec les bons mots? Comment saurai-je montrer les bons gestes? Comment pourrai-je être un bon modèle?

Je ne serai pas la super aide-soignante super pédagogue super sympa. Je ne sais pas être tout ça. Mais s'il y a une chose que je veux être, et une seule, c'est être bienveillante. Parce que finalement, ceux que j'ai aimés pendant la formation et les stages, ceux qui m'ont fait progresser, ce sont ceux qui ont fait preuve de cette qualité. La technique, la théorie, les apprentissages, les notes, tout ça n'est rien sans bienveillance. Sans ce regard qui te donne confiance, sans ce sourire qui t'encourage, sans cette main tendue vers ta main tremblante.

Cher(ère) futur(e) stagiaire AS, je ne serai pas une encadrante parfaite, parce que je suis un peu gauche, un peu timide, et que je fais des blagues pas drôles, mais, quoi qu'il arrive, tu peux compter sur ma bienveillance, et crois-moi, c'est ce que je peux t'offrir de mieux.

4 commentaires:

  1. partez de la personne soignée,toujours, donnez lui la parole

    RépondreSupprimer
  2. C'est aussi le mieux qu'il ou elle puisse recevoir .stagaire ou patient d'ailleurs ..

    RépondreSupprimer
  3. Je te rejoins sur la bienveillance.
    Je ne suis sans doute pas l'IDE la plus renseignée sur les pathologies du service, ni la plus "in", ni la super-carrée. Mais je suis bienveillante.
    Je cherche à comprendre quand je vois qu'un étudiant n'est pas bien dans son stage (et pas forcément dire comme certains "qu'est-ce que elle est molle celle-là !" car elle est peut-être juste mal à l'aise), j'essaie de prendre du temps pour elle/lui, pour lui expliquer ce que je sais/partager, faire réviser des choses dont on a parlé (pharmacologie lors de la distrib des médocs), je n'hésite pas à dire quand ils progressent (mention spéciale à ma 1ère année du moment) même s'ils ne sont pas "parfaits".
    Surtout, comme je suis la promo 2012, celle qui a entendu "votre programme c'est de la m***" à ne plus savoir quoi faire si ce n'est pleurer certaines fois, JAMAIS je n'oublie qu'il y a encore pas si longtemps moi aussi j'étais ESI !

    RépondreSupprimer
  4. Comme pour les patients, cette bienveillance est nécessaire pour les stagiaires. Tout le monde passe par les stages, ils forment à des métiers à responsabilités et font peur au début. C'est important de se sentir épaulé, sans pour autant être sympa à outrance !

    RépondreSupprimer