jeudi 29 mai 2014

Doutes

Avant-dernier stage.
Bientôt la MSP (Mise en Situation Professionnelle). Je croyais que ça irait, et puis non, ça va pas. J'ai peur. Je doute de moi. Je doute de tout et de tout le monde. J'entends des consignes contradictoires : changer l'eau, ne pas changer l'eau, mettre un tablier, ne pas mettre de tablier, changer le drap, ne pas changer le drap. Et j'en passe.
Je ne sais plus rien. Je ne sais plus "faire une toilette", je ne sais plus "communiquer", je ne sais plus "faire des liens". D'ailleurs, ai-je jamais su faire tout cela? Je suis en fin de formation et je ne suis pas prête. Trop lente, trop désorganisée, trop tout. Ou pas assez.
Bientôt la MSP, et je vais être jugée en 1h30. Dix mois se joueront en une matinée. Sur un soin. Un diplôme contre une toilette. Une toilette parfaite. Ça tombe mal, je sais pas faire. Je sais sourire et me poser des questions qui ne servent à rien mais je ne sais toujours pas faire une toilette en technique en étant organisée.
Bientôt la MSP. Les modules écrits sont validés. Les stages aussi. Mais passer devant un jury, être observée, voir les examinateurs prendre des notes, échanger des regards, tourner autour du lit, ça me fait complètement paniquer. Et quand je panique, je fais des boulettes. Et je m'en rends compte. Et ça me fait paniquer... Bref, c'est sans fin. Alors que, seule avec le patient, ça va, je communique, j'observe, je m'adapte. Bref, je fais mon boulot.
Bientôt la MSP. Je la sens pas. J'ai pas envie d'y aller. J'ai juste envie de tout arrêter. Je sais pas ce qui m'a pris de passer ce concours. J'ai bêtement cru que ce serait merveilleux, et puis non. J'ai naïvement espéré faire un beau métier, et puis non. J'ai secrètement rêvé être une aide-soignante, et puis non.
Bientôt la MSP. État de stress maximal. Je ne mange plus, je crie sur les enfants, je pleure pour un rien. Je passe des heures sur une démarche de soins, des heures sur le Vidal, des heures sur la règle d'ORR. Et je passe à côté du spectacle de danse d'Amélie, des cascades de Georges et d'un certain nombre de choses plus ou moins importantes. Manger et dormir sont-ils des besoins absolument indispensables après tout?

Bientôt la MSP. Les quatorze besoins fondamentaux s'appliquent-ils aussi aux élèves aides-soignants? Pas si sûr.

4 commentaires:

  1. Hauts les coeurs, Babeth, tu vas y arriver ! courage pr le finish

    RépondreSupprimer
  2. Oulalala... Prenons les choses dans l'ordre...

    Arrêter de cogiter.
    Respirer.
    Boire.
    Manger.
    Faire l'amour.
    Dormir.
    Se laver.
    Se faire confiance.
    Se faire confiance.
    Se faire confiance.
    Se faire confiance.
    Se faire confiance.
    Se faire confiance.
    Se faire confiance.
    Se faire confiance.
    Se faire confiance.

    Bisoooooous


    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir,
    Je suis également eas,je termine la formation dans 10 jours,et tout comme toi,je souffre moralement.Ce n'est pas tant l'équipe mais mon encadrement c'est mal passé.Il m' a été dit,qu'a l'heure d'aujourd'hui je ne 'étais pas diplomable et que j'étais dangereuse pour les patients,et j'en passe!Puis convocation ensuite avec la cadre qui elle m'a dit que je ne savais pas faire les soins d'hygiène(sous entendu,tu es nulle)!Je peux comprendre ta souffrance,ma msp est le 25 juin,je suis dans le doute quant a la réussite!Je me dois d'aller jusqu au bout meme si c 'est difficile!
    De tout coeur avec toi,et non je ne pense pas que tu sois nulle.Bon courage chère collègue!

    RépondreSupprimer