samedi 28 juin 2014

MSP3

J'ai fait une pause. Un médecin compréhensif et des formateurs à l'écoute m'y ont aidée. Un arrêt de travail et de la chimie pour le cerveau ont également été salvateurs. À l'IFAS, ma tutrice s'est occupée de tout. Elle m'a trouvé un stage de remplacement en catastrophe et a fait reporter le stage optionnel au mois de juillet. Elle m'a aussi écoutée, rassurée et encouragée.
Il y a eu la dernière journée à l'école, qui marquait la fin de l'avant-dernier stage. Quasiment la fin de la formation. Revoir mes camarades de promo, les écouter parler de leur stage et de la fameuse MSP3, voir les résultats affichés dans le hall et, en face de mon nom, la mention "absente", j'avoue, c'était difficile. Les écouter parler de leurs projets professionnels, alors que j'étais encore en plein doute sur les miens, me donnait une étrange sensation de décalage. Et puis, j'avoue, j'avais peur. Et honte. Parce que si je ratais la MSP sur le stage à venir, je devrais la repasser sur mon stage optionnel. Mais j'avais choisi le SSIAD, et ce n'était pas possible de faire une MSP à domicile. Il me faudrait donc trouver un autre stage optionnel. En juillet. Dans un service où, sans doute, certains de mes collègues de promo feraient déjà leurs armes en tant que jeunes professionnels. Vous imaginez le malaise.
Il y a eu mon affectation de stage. En EHPAD, à une heure de chez moi. Dans un établissement qui dépendait du même pôle de gériatrie que l'EHPAD de mon premier stage. Joie. Autant vous dire que j'y suis allée la peur au ventre. Peur de croiser des membres de l'équipe du premier stage (ça tourne beaucoup par ici). Peur de devoir me justifier sur mon parachutage inopiné. Et surtout, peur d'être médiocre une fois de plus.
Il y a eu le premier jour de stage. La rencontre avec le cadre, rassurant. La découverte de l'équipe, bienveillante. Alors oui, c'est loin. Oui, c'est grand. Oui, il y a beaucoup de résidents pour trop peu de soignants. Mais ici, l'équipe est souriante, encadrante, le cadre de santé est présent. Ici, je peux poser des questions et trouver des réponses. Ici, j'ai l'impression que j'apprends, que je progresse. Ici, je me sens bien. Et ça se répercute sur mon stage. Et sur mon moral.
Il y a eu la revalidation de la MSP d'ergonomie, que j'avais superbement ratée, à cause d'un stress pas du tout maîtrisé. 19,75/20. Une jolie revanche.
Et il y a eu, enfin, la MSP3. J'ai travaillé dur. Le matin, je me levais à 4h30, partais à 5h30, arrivais à 6h30 et, après mes heures, restais sur le lieu de stage pour bosser mes démarches de soins. J'avais une semaine et demie pour préparer l'examen, j'ai vécu ces dix jours à fond. J'ai peu dormi, à peine vu mes enfants et me suis droguée au café. La veille de la MSP, j'étais du soir. Je suis rentrée chez moi à 22h, me suis couchée aussitôt, n'ai pas pu dormir avant minuit à cause d'un baby Georges d'humeur joueuse, me suis levée à 3h30, ai relu et corrigé mes démarches et suis partie à 5h pour arriver, épuisée et anxieuse, à l'EHPAD. Transmissions, stress, relecture, stress, café, stress, questions diverses, stress, préparation du chariot, stress, encouragements de l'équipe, stress, arrivée de ma tutrice, stress, choix du patient, stress... et c'est parti. Après, ça a roulé. Démarche de soins, toilette, diagramme, besoins perturbés, attente. Bizarrement, sans stress. Regards complices de mes jurys, interdiction de donner le résultat avant une bonne semaine mais leur sourire en sortant du bureau me met sur la voie. "Vous pouvez dormir tranquille" me dit ma tutrice. "Tu peux même très bien dormir tranquille" rajoute mon encadrante. Message reçu. MSP réussie.
Et maintenant? Il me reste deux semaines de stage. Puis trois semaines en SSIAD. Il me faut des bonnes notes, histoire de rattraper les évaluations pas terribles de mes deux premiers stages. Mais j'ai regagné en confiance, alors je repars du bon pied. Je finirai en retard, mais je finirai. Après ça, il me faudra attendre début octobre pour être diplômée. En attendant, il faut que je trouve un boulot au plus vite, ce qui s'avère compliqué étant donné que j'arrive en retard et sans diplôme sur le marché du travail. Mais j'ai le moral. Je vois arriver la fin de la formation, et je suis réellement heureuse d'avoir tenu bon malgré les difficultés. Et, enfin, je commence à me faire à l'idée que je suis capable d'être aide-soignante, malgré tout.

PS1 : merci pour votre soutien. J'étais vraiment mal quand j'ai écrit les derniers billets, vos commentaires pleins de confiance et de bienveillance m'ont beaucoup aidée.

PS2 : 28,5/30 à la MSP et note maximale en stage. Je crois que ça va ;-) (et toc pour la cadre dragon!)

17 commentaires:

  1. Bravo ! C'est rassurant de voir que tu es bien entourée à l'IFAS. Excellente continuation, gardes la foi et le sourire.

    RépondreSupprimer
  2. Je passe par ici de temps en temps et lis vos écrits où parfois je me retrouve tellement
    je n'ai jusqu'ici jamais "commenté" mais ce soir je tiens à vous laisser un mot d'encouragement pour le reste de votre formation mais également pour la suite de votre vie professionnelle
    je pense que l'écriture, tout comme le sport d'ailleurs, sont de bons moments d'évacuer les tensions accumulées et de maintenir un équilibre
    ce soir je venais consulter votre site en pensant "ça doit sentir la fin de l'école pour elle" peut importe si le trajet s'est allongé..
    je tiens à vous encourager, tenez bon.. ne perdez pas de vue vos objectifs
    la route est longue et semée d'embuches, les équipes ne sont pas toujours tendres et voient bien trop souvent en l'étudiant le personnel supplémentaire auquel elles affecteront les sonnettes, les patients pénibles... plutôt que d'y voir une personne en formation et de tenter de lui inculquer des valeurs comme l'humanité, le respect et encore l'attention.
    au cours des différents stages vous avez rencontré des soignants auxquels vous vous êtes certainement identifies mais d'autres auxquelles vous ne voulez pour rien au monde ressembler, ils sont tellement loin de toutes ces valeurs qu'en se questionne même sur l'intérêt de leur présence dans les établissements de soins.. N'oubliez rien
    les "bons" serviront de modèle de soignant,
    les "mauvais" doivent servir de contre exemple
    et puis ayez toujours à l'idée l'étudiante que vous étiez, vous ne pourrez que mieux comprendre et transmettre vos savoirs aux futurs professionnels en formation..
    plein de courage à vous

    ophe5@hotmail.fr
    EAS 2011-2012
    ESI 2012-2015



    RépondreSupprimer
  3. Je suis vraiment vraiment contente que ça marche. Je n'ai aucun doute sur tes capacités. Mais des inquiétudes vis-à-vis des autres, et des MSP, et des examens en général.
    Suis contente pour toi.

    RépondreSupprimer
  4. En accord total avec le commentaire précédent, gardez toujours en vous la jeune femme motivé, empathique et travailleuse que vous avez été durant ces mois pourtant si lourds parfois.
    Et merci pour votre blog qui a sûrement apporté quelque chose à chacun de vos lecteurs.
    Pour moi ce fut une réflexion sur cette société de Msp mise en situation, mise en cause, mise en danger. Vous vous en sortirez sans doute, diplômée et heureuse. Pour reprendre une idée publiée plus haut,Je pense à tous ceux qui conduisent bien et loupent le permis de conduire à force de stress et de dévalorisation de soi.
    Et à tous les conducteurs si sûrs d'eux mêmes, qui ont réussi dès le premier passage, et qui conduisent comme des fous au mépris de la vie des autres.


    Mais la société fonctionne (mal) comme ça. Bon.
    Vous m'avez appris à me poser de bonnes questions. Espérons que ce sera le cas pour beaucoup d'autres.
    Les réponses autres qu'individuelles, j'ai un peu renoncé à les trouver. Je passe la main, je passe le message.

    Merci encore à vous !

    RépondreSupprimer
  5. Je suis heureuse d'avoir de vos nouvelles, je suis passée régulièrement ici !!! Gardez confiance en vous et n'hésitez pas à trouver des personnes ressources comme vous l'avez si bien fait !! Gardez votre curiosité et votre envie de savoir !!
    Ça va bien se passer !

    Malou

    ps: pour le travail essayez de contacter les ehpad

    RépondreSupprimer
  6. ça fait tellement plaisir de lire ça !
    Je suis contente que tu reprennes confiance et que les choses aillent dans le bon sens.
    Rappelle-toi que tu n'es pas nulle. La formation est dure, ce milieu là est très dur et la "maltraitance institutionnelle" y est pour beaucoup. Et est capable de casser des équipes et des personnes motivées. Tiens bon :-)

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    Je vous souhaite de persévérer et de réussir.
    Je n'avais pas conscience que ce soit aussi difficile d'être stagiaire AS et ça n'est, bien sur, pas du tout normal.
    A la décharge des équipes (mais ça ne les excuse absolument pas), il y a un défilé continuel de stagiaires et de remplaçants qu'il faut former, sans avoir du temps supplémentaire pour le faire correctement. En ce moment on a un homme de 50 ans qui travaillait dans l'entretien des ascenseurs ! Je me souviens d'un jeune qui était dans la téléphonie mobile ! Cela épuise les équipes. Pour être une bonne tutrice, il faut être une bonne professionnelle, accepter de s'interroger sur ses pratiques et avoir un peu de temps à donner.
    Aussi, peut-être êtes-vous arrivée dans une équipe où elles ne s'entendent déjà pas entre elles. Dans ce cas, vous n'aviez aucune chance de vous intégrer.
    Bonne fin de formation, belle réussite
    et merci à vous, j'essaierai d'avoir un regard plus attentif pour toutes ces personnes qui passent.

    RépondreSupprimer
  8. Je n'avais pas eu le temps de laisser des commentaires sur tes messages précédents, là je suis ravie de voir que les choses vont mieux... Comme quoi dès qu'on est avec une équipe bienveillante et accueillante, les choses vont mieux !

    Bon courage pour la fin des stages, et aussi pour la recherche de travail. Je te trouve très courageuse de reprendre des études dans des conditions aussi difficiles (enfants jeunes, peu de moyens financiers, trajets longs...), souvent les médias nous parlent de personnes ayant réussi leur reconversion, mais la plupart du temps, le contexte était bien plus favorable (conjoint qui gagne très bien sa vie, aide de la famille...)

    Question bête: que veulent dire "MSP et "MSP3" ?

    RépondreSupprimer
  9. Babeth,
    Je viens de dévorer ton blog. Du début à la fin. D'une traite...
    Etant une jeune aide soignante, j'avais dans l'idée de commencer un blog, pour parler de ce métier, de NOTRE métier, et tes témoignages m'ont profondément touchée, je me suis revue, jeune pisseuse de 17 ans débarquer en IfSI pour débuter 3 ans de formation avec mes idéaux,mes illusions, l'amour de mon prochain, la foi en le genre humain, pour finalement abandonner au bout de 2 ans avec ce sentiment d'incompétence, de nullité que tu décris si bien. Décision salutaire, car grâce à ça, j'ai découvert mon métier, ma vocation, les patients, les histoires de vie, le courage, les leçons...
    Alors félicitations pour ta réussite, et tous mes voeux pour ta recherche d'emploi, je serais extrêmement fière de t'avoir pour collègue...
    Serait-il possible de se contacter? J'aimerais te poser tellement de questions. En tout cas bonne continuation!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ;-) Voici mon mail : vieuxetmerveilles@hotmail.fr
      Ça me ferait plaisir d'échanger avec toi... et de lire ton blog ;-)

      Supprimer
  10. qu'est ce qui a fait que ca a été différent pour toi à ce moment là ? mis à part l'équipe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment l'équipe qui a fait la différence. Et le cadre de service. Et peut-être un peu le traitement médical. Et l'impression de voir une issue à cette formation qui avait été si difficile. Et aussi le fait que les formatrices de l'IFAS aient passé une bonne heure à essayer de me consoler quand j'ai complètement craqué dans leur bureau.

      Supprimer
  11. moi aussi c difficile je passe dans quatre jour et toujours pas de dds de prete car suis en mpu et les durees de sejour sont trop courte poir preparer a lavance

    RépondreSupprimer
  12. moi aussi c difficile je passe dans quatre jour et toujours pas de dds de prete car suis en mpu et les durees de sejour sont trop courte poir preparer a lavance

    RépondreSupprimer
  13. bonsoir

    c'est avec plaisir que je découvre votre blog, pour cas c'est fini j'ai louper mon MSP 3 de rattrapage et je ne sais pas quel procédure entamer pour le repasser l'année prochaine vu que je ne souhaite pas retourner à l'ifas initial et si j'aurai de la chance d'être prise ailleurs et le prix de cette MSP

    jc

    RépondreSupprimer
  14. Votre situation me parle beaucoup ! J'ai l'impression de me reconnaître dans certains passages ! Ca fait beaucoup de bien de voir que malgré tout ce qui a pu se passer, vous avez réussi. Je ne lâche rien et compte bien moi aussi réussir mes rattrapages ! Merci de nous raconter votre vécu, car il me permet à moi comme à d'autres de montrer que tout est possible.

    RépondreSupprimer