samedi 6 juin 2015

Le long du chemin

Aujourd'hui, au hasard de Twitter, je suis tombée sur ça.
Forcément, je me suis indignée. Forcément, j'ai pensé que ce type était un con. Et forcément, je suis allée lire les réactions sur les réseaux sociaux. Oui, je suis accro au net et j'assume. Tantôt encensé, tantôt lynché, ce carabin a le mérite de ne pas laisser ses lecteurs indifférents. Mais je digresse.
Pourquoi ce billet? Parce qu'après avoir hurlé avec les loups, je me suis arrêtée cinq minutes pour réfléchir. Qu'est-ce qui me choque au fond (outre le fait que la mère au chômage s'appelle Babeth)? Les clichés? Le mépris? L'absence manifeste d'empathie? Tout ça ensemble?
J'étais comment, moi, il y a quelques années?
Retour en arrière.
J'ai été une monitrice-éducatrice et je ne comprenais pas que des parents laissent croupir toute l'année leur gosse handicapé dans un IME sans même venir le chercher le week-end.
J'ai été une aide à domicile (même pas une vraie auxiliaire de vie puisque non diplômée) et je méprisais profondément Madame LangueDeVipère et Monsieur Bitàlair.
J'ai été une élève aide-soignante et j'ai été indignée par certains placements en EHPAD que j'estimais abusifs.
Maintenant je suis aide-soignante. Et je revois certaines de mes valeurs.
À l'école, on nous a parlé du patient au coeur du dispositif de soins. Évidemment, nous étions tous d'accord avec ce principe, comment aurait-il pu en être autrement? Nous sommes là pour le patient, pour lui et pour personne d'autre, c'est la base de notre métier de soignants.
Oui, mais...
Oui, mais depuis, j'ai rencontré les vrais patients, ceux de la vraie vie, pas ceux des livres... Et j'ai rencontré leurs familles. Ceux que l'on appelle les aidants. Les aidants qui, eux, ne sont pas "au coeur du dispositif de soins". Les aidants qui ont des choses à dire, et qu'on n'écoute pas toujours. Et c'est bien dommage. Parce que si on prenait le temps de le faire, on apprendrait plein de choses que le patient "au coeur du dispositif de soins" ne nous raconte pas.
Les aidants pourraient nous expliquer que non, on ne peut pas récupérer son gamin handicapé tous les week-end, à cause d'une sombre histoire de budget d'hébergement et d'une triste réalité d'éloignement géographique.
Les aidants pourraient nous expliquer que Madame LangueDeVipère n'a pas toujours été une langue de pute et que Monsieur Bitàlair n'a pas toujours été un vieux pervers. Parce que parfois la vie est une sale pute qui ne nous montre que la laideur des choses qui ont peut-être été belles il y a longtemps.
Les aidants pourraient nous expliquer que le placement en EHPAD est rarement une punition, et souvent un déchirement. Qu'à domicile, malgré toutes les aides possibles, ça n'est plus vivable, et qu'il faut séparer les couples qui se sont aimés pour qu'ils puissent survivre.
Les patients m'ont beaucoup appris, mais les aidants m'ont appris bien plus encore.
Ils m'ont appris à écouter. Ils m'ont appris à m'éloigner un peu du patient pour pouvoir regarder ce qu'il y avait autour. Ils m'ont appris à revoir certaines de mes opinions. Ils m'ont appris que pour être bientraitante il fallait laisser ses valeurs chez soi et accepter de découvrir celles des autres.
Ils m'ont appris tout ça, et ils m'apprennent encore. Et je les en remercie.

J'ai de la chance. Parce que je rencontre de belles personnes, qui m'aident à devenir une soignante. Et aujourd'hui, en découvrant cette BD qui me fait bondir, je mesure d'autant plus ma chance. Parce que cette image, elle m'aurait sans doute fait sourire il y a quelques années (j'avoue, je me suis moquée de la même façon de certains bénéficiaires, et de certains aidants). Et en la regardant maintenant, je me rends compte du chemin parcouru. J'ai vraiment beaucoup de chance. Et j'ai hâte de découvrir la suite du chemin.